Pourquoi et comment j’utilise FaceBook

Facebook est un système fermé, cela ne se remarque pas pour essentiellement 2 raisons:
  • il y est facile d’y entré
  • la prison a une telle taille que les murs ne se voient pas d’autant plus qu’ils sont virtuels.

De plus Facebook permet de satisfaire 2 mécanismes inconscients et  antagonistes:

  • l’importance de le sensation d’appartenir a une caste, d’être le seul a faire partir d’une élite
  • de faire comme tout le monde
 Ces 2 mécanismes théoriquement antagonistes le sont pourtant grâce à la capacité de l’entendement humain à compartiment sa vison du monde.
L’emprisonnement ne se fait pas sentir et la plupart des utilisateurs n’en ont même pas conscience, pourquoi?
  • On y entre facilement
  • la taille fait que tout le monde y est (et si une personne n’y est pas la 1ere raison résout se problème)
  • la virtualité donne la fausse sensation de liberté, voir même d’anonymat (même pour ceux qui post sous leur vrai nom)
  • les  prisonniers ont de quoi tenir une éternité en sujets qui les stimules (de quelque façon que se soit). Les  sujets sont d’autant plus varié qu’ils sont porté par la raison précédente
 On pourrait donner,en terme de taille, des logiques semblables:
  • le terre n’est il pas une prison?
  • l’incarnation n’est elle pas une prison?
 Même si effectivement cela est une prison, son status unique et obligatoire crée un consentement sadique, statique, tacite, due à une absence de questionnement du faite d’une vision uniquement intérieur du système.
En effet ces formes de prison ne sont pas perçut en tant que telles par les principaux intéressés, c’est a dire les prisonniers eux même, que ceux qui ne sont pas à l’intérieur.
Une vision extérieur pourrait être:
  • Ce système fonctionne comme un système pyramidale ou les anciens prisonniers attirent de nouveaux pour s’occuper et découvrir autres choses.
  • Tout ce qui rentre:
    •  ne sort plus
      • les informations ne sont pas détruites mais seulement cachés à son créateur. Il est bien ici question de créateur et non de propriétaire car
    • devient la propriété su système:
  • cela consiste à donner ses idées ,ses créations, en faite sa vie à se système privateur qui, lui, va sortir toutes ses informations pour les revendre
  • pour voir ce qu’il y a à l’intérieur faut faire partir de la communauté:
  • à l’instar des sectes celles ceux faisant partie du groupe peuvent échangé avec ce groupe. Cela n’est pas vu par les disciples attendu que leurs réflexes n’est pas de sortir pour aller parler à une personne extérieur mais de l’inviter a rejoindre son cercle.
———————
C’est pour toute ces raisons que j’utilise FaceBook d’une façon opposé à son fonctionnement naturel.
Je publie mes textes sur des réseaux sociaux aux valeurs compatibles avec une réel liberté et je publie simplement une annonce sur FaceBook avec un titre et un lien sur ces réseaux. Cela dans le but de faire prendre conscience que si l’on  ait pas partie du groupe on ne sais pas se qui se passe dans ce groupe.
La différence avec Facebook si eux aussi ne permette pas d’être vue de l’extérieur?
Cela est possible mais la prise de conscience ne se ferait pas!

méthodologie personnelle pour la création d’un projet (javascript/nodejs/www/etc)

Environnement de travail: Debian

  1. logiciel de versionning git
    1. installation de git
    2. création du repositorie sur gitorious.org
      git remote add origin git@gitorious.org:projet/projet.git
  2. préparation du projet
    1. création du répertoire de travail(/www/projets/,/www/git/…)
    2. copie de /www/git/gitModele/ (sans le .git et autres) dans le
    3. Mise a jours des fichiers README et release
  3. modification du projet
    1. créer une branche de développement:(aide)
      1. git branch NomBranche // création d’une nouvelle branche
      2. git checkout NomBranche // Aller dans la nouvelle branche
    2. ajout du code
    3. mise a jours du fichier release ainsi que les entêtes des fichiers modifiées (version,date)
    4. fusionner la branche de dev avec la master:
      1. git checkgout master // Aller dans la branche master
      2. git merge NomBranche // fusionner le contenu de NomBranche avec master
  4. Minimiser les fichiers (pour le js et css) avec http://yui.github.io/yuicompressor  et les mettre dans ./versions
  5. Gitter le projet
    1. Ajouter les fichiers modifier en tant que fichier a commiter: git add .
    2.  commiter
      • syntaxe de commit: git commit
      • mettre la partie de la version concernée du fichier release en tant que message de commit
      • tagguer:
        – le commit actuel git tag  v1.2
        – un commit quelconque: git tag v1.2 commit_checksum
        (http://git-scm.com/book/en/Git-Basics-Tagging)
    3. pusher:
      git push -u origin master
      git push
      git push –tags 
      // pousser les tags

installer une carte graphique AMD-ATI-radeon legacy sous Linux/Debian/Wheezy

Activer les backports (Modifier /etc/apt/sources.list)

deb http://ftp.fr.debian.org/debian/ wheezy-backports main contrib non-free

mise à jours des depots:

aptitude update

installation du driver:

aptitude install fglrx-legacy-driver

Activer les backports

Modifier /etc/apt/sources.list

deb http://ftp.fr.debian.org/debian/ wheezy-backports main contrib non-free

mise à jours des depots:

aptitude update

installation du driver:

aptitude install fglrx-legacy-driver

Activer les backports

Modifier /etc/apt/sources.list

deb http://ftp.fr.debian.org/debian/ wheezy-backports main contrib non-free

mise à jours des depots:

aptitude update

installation du driver:

aptitude install fglrx-legacy-driver fglrx-legacy-modules-dkms

Configuration du pilote:

aticonfig –initial

Redemmarage du système

reboot

Test:

Activer les backports (Modifier /etc/apt/sources.list)

deb http://ftp.fr.debian.org/debian/ wheezy-backports main contrib non-free

mise à jours des depots:

aptitude update

installation du driver:

aptitude install fglrx-legacy-driver

Activer les backports

Modifier /etc/apt/sources.list

deb http://ftp.fr.debian.org/debian/ wheezy-backports main contrib non-free

mise à jours des depots:

aptitude update

installation du driver:

aptitude install fglrx-legacy-driver

Activer les backports

Modifier /etc/apt/sources.list

deb http://ftp.fr.debian.org/debian/ wheezy-backports main contrib non-free

mise à jours des depots:

aptitude update

installation du driver:

aptitude install fglrx-legacy-driver fglrx-legacy-modules-dkms

Configuration du pilote:

aticonfig –initial

Redemmarage du système

reboot

Test:

fglrxinfo

glxdemo

glxgears //(affiche les fps d’une animation 3D)

glxheads

 

 

installer un environnement graphique minimaliste avec openbox sous Debian

  1. installer Debian avec netinstall
  2. installer le serveur graphique X
  3. installer le système de menu standardisé
  4. installer le gestionnaire de fenêtre openBox

installer Debian avec netinstall

(voir tuto spécifique)

  1. installer Debian avec netinstall
  2. installer le serveur graphique X
  3. installer le système de menu standardisé
  4. installer le gestionnaire de fenetre openBox

installer Debian avec netinstall

(voir tuto spécifique)

Récupérer l’imagde de netinstall de debian

http://www.debian.org/distrib/netinst

Cliquer sur i386 si vous avez un PC 32bits ou amd64 si vous avez un 64 bits (même si vous avez un processeur Intel)

installer le serveur graphique X

aptitude install xorg xerver-xorg-input-all xserver-video-all xinit

installer le système de menu standartisé

aptitude install xinit menu menu-xdg menu-l10n

installer le gestionnaire de fenêtre openBox

aptitude install openbox openbox-themes

installer le serveur graphique X

aptitude install xorg xerver-xorg-input-all xserver-video-all xinit

installer le système de menu standartisé

aptitude install xinit menu menu-xdg menu-l10n

installer le gestionnaire de fenêtre openBox

aptitude install openbox openbox-themes

 

fondation -le jeu

Fondation est un jeu par navigateur comme il existe tant. Comme? non il se différencie notamment par sa complète gratuité, sa longévité et son esprit techno-fiction.

La gratuité de son utilisation fait que seul sa stratégie et sa diplomatie font la différence et non l’investissement financière.
Sa longévité (plus de 1015ans?) font qu’il existe des anciens qui « régule » le jeu pour qu’il reste équitable et ne devienne pas fouilli. Ils aiment le jeu et le gèrent pour sa survie. L’administrateur lui meme joueur (vous le croiserez peut etre sans le savoir) n’intervenant que rarement et pour des dérivent importantes.

Cette auto gérance ne bride en rien l’imagination du Game Play, vous pouvez être ce que vous voulez, mais il faut savoir que seul on à guère d’évolution possible. Aller faire un tour sur le forum pour voir (page d’accueil ->forum). Il existe également un forum externe officiel: http://www.forumfondation.free.fr/index.php

L’interface minimaliste donne une allure bancale au jeu, la technologie aussi (fait en frames!).Ce minimalisme qui pourrait nuire au jeu est en fait ce qui fait sa force, on n’est pas noyé dans un graphisme pompeux laissant l’esprit concentré sur l’univers et le jeu lui-même où l’on découvre progressivement toue le richesse du jeu.

Liens:

Mots et liberté – une approche sur les logiciels libres à travers la sémantique

L’informatique n’a pas échapper aux professionnels de la communication, les termes employés, leurs utilisations ont été faites pour formater la vision de leurs clients pour les enfermer dans une réalité qui permet de les contrôler.

Voyons ce que donne l’informatique pour un francophone:

« Une entreprise appelée ‘très petit logiciel ‘ ou ‘petite douceur’ à volé l’idée d’un environnement de travail (qu’il à appelé ‘fenêtre ‘). Cette fenêtre est la propriété d’une Porte (Gates).

Dans cette fenêtre il a mit un Mot et un tableau qui pense excellé.

Cette idée il l’a copié à une Pomme, entreprise appartenant au fils d’un certain Intosh, qui l’avait lui même volé à un réservoir de pensé »

 

Pour la petite histoire : Rank Xeroz voulait crée l’impression de demain. Ils ont crée pour l’occasion le premier Think Tank. Ils ont pratiquement inventé l’informatique des années 80 : l’interface graphique, la souris, la Programmation Orienté Objet, et d’autres idées plus techniques.

Les dirigeants bien que ne croyant pas en leurs découvertes on fait des portes ouvertes pour les montrer, et il y a un certain Bill et Steeve qui se sont empressé de breveté ce qui était donné au monde.

Steave Job fut fasciné par l’interface graphique, et la mise en production dans son Apple. Quant a bill Gates il s’intéressa à la souris. Il changea vite d’animal : il passa de la souris, à un animal beaucoup plus lucratif, le mouton.

Nous sommes au cœur de l’opposition de paradigmes :

  • d’un coté l’open Mind : transmettre la connaissance au monde et laisser libre court sa propagation avec toutes les évolutions imaginées
  • De l’autre le closed Mind : S’approprier une idée originale ou non (c’est à dire qu’il n’ont pas imaginé). Le but est de faire, leurs, la propriété de l’idée

Dans certain cas les mots peuvent intelligemment créer les idées les plus stupides.

Si il y a bien une chose que les humains savent faire : c’est mettre leurs intelligences au service de leurs stupidités !

Prenez la phrase :

« la liberté des uns s’arrête ou commence celle des autres. »

 Une bien belle phrase, mais qui veut rien dire de concrêt.

Elle introduit 2 repèrent qui sont relatifs l’un à l’autre et donc complètement flottant.

Mais surtout elle introduit insidieusement une notion de préséance. L’idée sous-jacente est :

 « Ma liberté s’arrête là où commence celle des autres. »

La phrase indique clairement que c’est l’autre qui décide de sa liberté et donc où la mienne s’arrête.

Dans le cadre qui nous concerne les autres sont les entreprises telles que Microsoft ou Apple.

Leurs libertés étant décidés unilatéralement.

Une petite liste non exhaustive de liberté auto-octroyés :

  • Liberté de faire payer
  • Liberté du prix à payé
  • liberté de changer de version et de les rendre incompatibles entre elles
  • liberté de changer les règles des ses libertés et, ce, sans préavis
  • liberté de vous interdire d’utiliser le logiciel que vous avez payé si vous refuser ces nouvelles libertés

On vois bien que tout est une question d’interprétation des mots : nous sommes dans une situation ubuesque :

Exemple commercial :

« la gamme de nos solutions s’est étendu, voici ce que nous proposons :

  • une prison de 3m2
  • une prison également de 3m2 mais moins chère

Dépêchez vous car c’est très tendance il ne vous restera plus que la prison plus chère. »

 

Le Choix M. Anderson

 Dans ce mode de fonctionnement la seule liberté qu’il nous reste est d’accepter ou non de déléguer ces libertés imposés.

Mais si l’on sort de cette vision on s’aperçoit qu’il existe une réelle alternative concrète pour l’usage de tous les jours: Le monde du libre

Dans ce monde vous avez le choix pour :

  • votre environnement de travail : flashy ou sobre
  • vos logiciels : des milliers dans tous les domaines

Le seul endroit où le choix est limité est le prix : il est compris entre 0 et 0€.

 

Ce qu’il y a de paradoxale c’est que le plus grand frein de la propagation de la liberté est l’usagé lui -même, trop heureux d’être dans des limites  imposés par d’autre, car son coté guerrier à de quoi s’exprimer et sa fonction de soumission se conforter de ses expressions.

J’ai souvent entendu des arguments comme :

« J’ai pas envie de réapprendre un autre environnement »

Je leur réponds que, quand Windows décide de changer son environnement sans vous demander votre avis vous êtres bien obligé de réapprendre.

La souplesse de l’esprit s’exprime pleinement quant il s’agit de rester sur ses positions.

 

« En cas de problème je fais quoi ? »

Je leur répond que de problème il y en aura peu et dans tous les cas beaucoup moins, et je leur pose la question : « et sous Windows vous faite quoi ? »

Et là 2 réponses récurrentes :

  • J’ai un copain qui s’y connaissance
  • je peux toujours aller dans un magasin

Parce que c’est un monde de choix et aussi une philosophie d’entraide. Dans le monde du libre vous pouvez avoir l’un ou l’autre et même les 2 en même temps.

  • Un copain parce qu’il y a de plus en plus de personne qui la pratiquement
  • une société car il y a des sociétés qui font payer des services de dépannage
  • les 2, parce qu’il y a des association comme COAGUL, Ubuntu dijon (là aussi vous avez le choix) qui sont aussi sympa qu’un copain et ont la qualité de service d’un magasin (voir plus, mais, il est vrai sans la garanti de résultat – ce qu’un magasin n’à pas non plus)

Précisions sur:

La sémantique, qui sème des tics, de langage.

Tout comme Frigo qui est passer de Marque à objet, Microsoft à réussi de par sa stratégie de choix à option unique de faire passer les mots comme Word, Excel en nom commun.

Ne proposant qu’un choix pour chaque type de logicile, et ayant étouffé la concurrence pendant des années, le type et le logiciel se sont confondu.

Le seul traitement de texte que les gens connaissait était Word.

Pareil pour Excel.

Des fois le type n’existe même pas : Qui connait le type de logiciel qu’est excel ? (un tableur)

Ce phénomène est tellement ancré que même le discours administratif est pollué par cette simplification.

« J’ai fais un Excel »

Quant au champ lexical dans l’univers libéré , il est plus « nature » voir même « animalié »

Le plus connu étant le renard de Feu (FireFox ).

Il existe aussi son cousin Iceweasel : la belette de Glace et l’oiseau du Tonnerre (thunderBird).

Et feu firebird.

 

Les mots étant ce que l’humain à fait de plus évoluer pour libérer son esprit il est dangereux voir criminel que cet outil soit  monopolisé par un quelconque groupe ou personnes. Beaucoup de philosophie parle bien mieux de cela que moi.

pumipumpe

LE PROJET
Pumpipumpe propose aux gens d’utiliser de manière consciente les biens de consommation. Ce projet encourage l’interaction sociale entre voisins par le prêt et l’emprunt d’objets que l’on n’emploie peu souvent.

Vous pouvez commander des vignettes sur le site « officiel »: http://www.pumpipumpe.ch/commander-vignette/.
Ou utiliser l’application dédié (en béta) en allant sur le site des incroyables comestible de Dijon.

Mais qui a inventé le clavier francais?

C’est sans doute un enarque matheux qui pète plus au que son cul qui a décidé de changer la position des lettres du clavier américain (car visiblement il n’a pas aimé que son « Q » soi au dessus de son « AS » pourtant à une letrre pres on un sens commun!) Faut vraiment etre un matheu pour utiliser la lettre « µ »! Qui s’en sert? Et le machin « § » qui ne ressemble même pas à un paragraphe!!! Alors que sur le clavier ricain tout est placé logiquement « [ » a coté de  « ] » pareil pour {} Va ouvrir et fermer une parenthèse dans le noir avec un clavier francais!
C’est vraiment le genre de truc à faire dancer le Bepo ca!

Clavier BEPO (http://bepo.fr/wiki/Accueil)

sysLinux Project

Dans le cadre de la présentation du mardi 28 janvier 2014 de la configuration d’un système PXE pour l’association COAGUL j’ai remis à jours le tutoriel sur le sujet.

https://legral.fr/legralNet/legralNet-0.2/?page=tutoriels&tutoriels=bootLoader&bootLoader=SYSLinuxProject&sysLinuxProject=accueil&

Ce tutoriel est en consultation libre
ou en direct avec la conférence mardi 28 janvier 2014.
Assisiter/consuler aux conférences